le premier portail internet de l'Ile de la Reunion, pour le bien etre
 
 
reunitoo officiel facebookdevenir fan reunitoo officiel facebooksuivez nous sur twitter
Cour de récré Cour de récré Cour de récré

… les éternels problèmes à régler

Depuis la nuit des temps, il y a toujours de vraies méchancetés dans les cours d'école. C'est un univers très rude et cela quel que soit le sexe de l'enfant. Et souvent (au grand dam de tout le monde) ce sont les fillettes qui se comportent comme des vraies petites pestes.

Cour de récréLe petit nouveau doit toujours faire ses preuves et a un gros travail d'adaptation au groupe à faire. Et pourtant, cela n'a rien d'évident à trois ans. L'attitude qu'il aura dans la cour est donc révélatrice de sa personnalité.

Dans la cour de récré, nous pouvons apercevoir trois genres d’enfant :

- il y a le "chef de bande" qui sait mener son monde et s'adapte parfaitement à ce milieu. Ensuite,

- il y a l’enfant « puissant » qui n'a pas assimilé les règles de la vie en société. Il n’accepte pas qu’on le contredise et réplique par la force.

- il y a le timide, celui qui est démuni face au groupe et qui ne se sent pas suffisamment fort pour répondre.

Comment aider chacun de ces enfants ?

Pour le chef de bande, il n'y a pas vraiment de souci, il faut juste le freiner s'il abuse de son "pouvoir".

Pour l'enfant « puissant », en tant que parents, vous devez vous interroger sur la façon dont ça se passe à la maison : cédez-vous facilement à ses désirs ? Si c’est le cas, il faut rappeler à votre enfant les interdits, soulignez que toute transgression fera l'objet d'une sanction. En changeant leur comportement à la maison, cela a des répercussions sur sa façon d’agir en société.

Quant au "timide", il faut le rassurer et lui donner confiance. Vous pouvez par exemple l'amener au parc pour qu'il soit en contact avec d'autres enfants ou inviter un ou deux de ses camarades à goûter...

Quels sont les signes qui doivent vous inquiéter ?

Quand un enfant a mal au ventre ou à la tête le matin ou pleurniche avant d'aller à l'école, c'est qu'il y a un souci. Un enfant qui n'a pas de copains, ce n'est pas normal non plus. Quand il est le souffre-douleur, il faut l'aider. C’est peut-être le moment d’intervenir : rassurez-le en lui disant que vous allez intervenir, qu'en tant qu'adulte vous êtes là pour le protéger.

Dans tous les cas, la première personne à aller voir est l'instituteur ou le professeur principal.



0 Commentaires

Réagir à cet Article
N'oubliez pas que les commentaires sont publics. Les commentaires que vous publiez seront accessibles aux utilisateurs .

votre pseudo sera affiché
votre e-mail ne sera pas affiché
code-image






Liens commerciaux