le premier portail internet de l'Ile de la Reunion, pour le bien etre
 
 
reunitoo officiel facebookdevenir fan reunitoo officiel facebooksuivez nous sur twitter
L'espoir pour la biodiversité marine L'espoir pour la biodiversité marine L'espoir pour la biodiversité marine (04-04-2010 )

La biodiversité marine et côtière est menacée par les conséquences de la croissance de la population humaine, qui surexploite cette biodiversité et altère les habitats dont elle dépend.Biodiversité marine En effet, environ les trois quarts de la population mondiale vit dans des zones situées à moins de 60 kilomètres des côtes et la biodiversité marine et côtière constitue une ressource précieuse. La FAO (Organisme des Nations Unies chargées de l’alimentation), qui évalue régulièrement la situation mondiale des pêches et de l’aquaculture, a indiqué qu’en 2007, 23% des principaux stocks de poisson étaient sous-exploités ou modérément exploités, 52% étaient exploités à fond, 17% étaient surexploités et 8% étaient quasiment épuisés ou en train de se reconstituer.

Origine des menaces

La pollution et la sédimentation engendrées par des activités terrestres et la destruction des habitats provoquée par d’autres activités humaines menacent des sites vulnérables en zone littorale, tels que les récifs de corail et les mangroves.

Entité pour conservation de la biodiversité

Biodiversité marineLa FAO collabore avec des instruments internationaux, tels que la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et l’Union mondiale pour la nature (UICN), à l’évaluation des menaces qui pèsent sur les espèces marines et côtières et à la sensibilisation aux problèmes les plus pressants. Des plans d’action internationaux ont été établis pour protéger des espèces marines menacées, par exemple les requins et les oiseaux de mer.

Engagement durable

Le Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable a pour objet de veiller à l’utilisation durable de la biodiversité aquatique et d’intégrer les prescriptions de la Convention de 1982, de l’Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons chevauchants et de la Convention sur la diversité biologique.

Ainsi, l’application du Code de conduite repose sur la mise en œuvre de quatre plans d’action internationaux visant à réduire les capacités de pêche (pour mettre fin à la surpêche), combattre la pêche illicite, protéger les oiseaux marins risquant d’être pris accidentellement dans les palangres et améliorer la gestion de la pêche au requin.



0 Commentaires

Réagir à cet Article
N'oubliez pas que les commentaires sont publics. Les commentaires que vous publiez seront accessibles aux utilisateurs .

votre pseudo sera affiché
votre e-mail ne sera pas affiché
code-image






Liens commerciaux